Rencontre avec Roger Gaston

JPEG - 96.5 ko

Pouvez-vous vous présenter ?
Je suis né dans le Gers à Samatan et, à l’âge de 20 ans, je suis devenu instituteur en Lot et Garonne à Samazan où j’ai enseigné plus de 20 ans.
Aujourd’hui, je suis l’un des créateurs de l’ATP qui remonte à l’année 1977 crée à l’origine pour l’apprentissage des danses occitanes.
Depuis 3 ans maintenant, nous sommes installés à la maison des métiers d’art où l’on y enseigne des cours de Gascon, de danses traditionnelles, des chants polyphoniques, de l’accordéon diatonique, du théâtre Gascon. Tous les mois, une veillée est organisée au cinéma le Plazza ou à la maison des métiers d’art, sous forme de conférences.
Dans le bâtiment où nous nous trouvons, il y a également la partie musée avec une exposition permanente, nommée « Au fil de la mémoire ». On y retrouve la culture du chanvre, du lin avec la fabrication des tissus d’où le nom de l’expo : Nous partons du fil jusqu’à la fabrication du tissu.

Pourquoi le Val de Garonne ?
J’ai rencontré et épousé une marmandaise et depuis je suis pratiquement Marmandais !

S’il y avait un endroit à recommander en Val de Garonne ?
Le canal et sa voie verte pour les randonnées à vélo. Un des projets que j’attends avec hâte est celui de la voie transversale de Marmande à Casteljaloux.

Votre plus belle rencontre en Val de Garonne ?
Mme et M. Ménara. Ils exposent ici tout le travail d’une vie au travers du musée.

Si le Val de Garonne était une saison ?
L’automne pour la douceur des couleurs et parce que l’automne c’est le résultat de ce que nous a amené le printemps, c’est la saison des récoltes, des vendanges.

Si le Val de Garonne était un Plat ?
La poule bouillie car on retrouve tout dedans : La viande, la farce et les légumes.

Si le Val de Garonne était un pays ?
Le Pérou. J’avais 10 ans, et à l’école les premiers livres de géographie en couleur sont apparus. Je me souviens d’une photo du lac Titicaca avec un indien sur sa barque de roseau en train de pagayer… Et je m’étais dit tout petit « Un jour je verrai ça en vrai » et 50 ans plus tard, alors que je m’apprêtais à partir au Canada, je revois par hasard cette même photo sur un journal local… Pour moi ce fût évident, c’était un signe… et je suis finalement parti au Pérou. Je ne l’ai jamais regretté j’ai trouvé ce pays magnifique !

Si le Val de Garonne était un arbre ?
Le platane car il est majestueux avec une belle écorce et de belles grandes feuilles.

Si le Val de Garonne était une couleur ?
Le rouge car c’est la couleur du sang, de la vie et aussi la couleur de l’Occitanie… C’est aussi la couleur de l’effervescence et des idées un peu folles !

Si le Val de Garonne était une fête ?
On ne peut pas passer à côté du Garorock !

Si le Val de Garonne était un animal ?
Un coq pour la beauté de son plumage et sa grande gueule !

Si le Val de Garonne était une utopie ?
L’utopie serait que le patrimoine immatériel (danse, langue et traditions) soit reconnu au même titre que le patrimoine bâti.

Et s’il y avait une photo à faire du Val de Garonne, laquelle ?
Une photo qui mettrait en scène le canal et la Garonne côte à côte avec le Tertre à Meilhan et un jardin en premier plan avec des tomates et que l’on aperçoive des vignes et des fraises.

Site Internet
Page Facebook