Rencontre avec Sabine Franz

JPEG - 2.4 Mo

Pouvez-vous vous présenter ?
Je suis installée sur les coteaux du Marmandais, sur la commune de Saint-Avit en élevage caprin bio avec transformation à la ferme. Il s’agit pour moi (et pour mon mari qui est également en cours d’installation) d’une seconde vie. Nous sommes sur une ferme Terre de Liens depuis un peu plus de 2 ans. Nous avons créé cette activité de toute part et proposons également des produits de diversifications, qui, pour certains, sont tout juste en train de se mettre en place.
A terme, nous serons en mesure de proposer des desserts lactés au lait de chèvre, des fromages fermiers, du savon artisanal au lait de chèvre, des salaisons et charcuteries fermières (de chevreaux et de porcs plein air), des ateliers pédagogiques, etc.
J’ai fait mes premiers pas au cœur des Fermes de Garonne en 2019. Notre production est vendue en circuit-court et localement. Sur notre exploitation, qui est à taille humaine, la préservation des sols, la biodiversité et le respect de nos animaux sont au cœur de nos préoccupations quotidiennes.

Pourquoi avoir choisi le Val de Garonne ?
Je ne l’ai pas à proprement parlé choisi, c’était plutôt une opportunité, celle d’y trouver la ferme qui correspondait à notre projet.

Avez-vous un endroit à recommander en Val de Garonne ?
Je n’ai pas d’endroit particulier à recommander, simplement d’y apprécier de belles choses telles que : pigeonnier en pierre, lavoir, halle, maison de caractère en pierre, promenade le long du canal et la nature avec tout ce qu’elle nous offre.

Votre plus belle rencontre en Val de Garonne ?
Des gens lambda qui ont cru en notre projet et sans qui cette aventure n’aurait pas été possible. Je m’explique : Des citoyens qui ont investi leur épargne pour que cette 1ère ferme Terre de Liens puisse voir le jour en Lot-et-Garonne (et du coup, la 1ère en Val de Garonne), et des contributeurs lorsque nous avons lancé une collecte Mimosa pour finaliser notre outil de production. Pour la plupart, des gens que nous ne connaissons pas ou avec qui on fait connaissance au fil de l’évolution de notre ferme. Des agriculteurs aussi, qui nous ont fait confiance à notre démarrage sans même nous connaître.

Associez le Val de Garonne à une saison ?
Le printemps car on redécouvre toujours quelque chose quand la nature renaît.

Si le Val de Garonne était un plat gastronomique ?
Une crème dessert au lait de chèvre bio, bien sûr ! Aromatisée au pruneau d’Agen, évidement !

Si le Val de Garonne était un pays ?
La France. Je trouve que c’est très représentatif : son patrimoine, sa gastronomie, …

Le Val de Garonne en 1 couleur ?
Le vert, comme les prairies, les forêts, les vignes, … la nature, tout simplement

Si le Val de Garonne était un arbre ?
Un arbre fruitier parce qu’il renaît quand il repart en feuilles, plein d’odeurs et d’éclats avec ses fleurs puis plein de gourmandise et de douceur avec ces fruits

Si le Val de Garonne était un animal ?
Une huppe fasciée car c’est un oiseau qui mérite d’être observé longuement

Le Val de Garonne une fête ?
Plutôt des moments de convivialité comme les marchés gourmands / nocturnes

S’il y a une photo à faire du territoire ?
En toute simplicité, un coucher de soleil sur les coteaux

Votre plus beau souvenir de vacances ?
J’en ai deux, très différents mais difficiles de choisir : Bruges, la Venise du Nord (pour son côté très romantique, un très bon moment avec mon mari) ou le Lac du Der Chantecoq (Pour suivre et observer les migrations des grues cendrées. Des milliers d’oiseaux qui s’envolent au lever du jour et d’autres qui arrivent au coucher du soleil. Une espèce de sérénité en quête d’observation, de longs silences, juste pour le plaisir d’observer et de découvrir)

Facebook
Site Internet